Environnement et développement durable : pistes de réflexion

CauetTexte écrit pendant la campagne des municipales en 2013, au titre de notre liste, par Yves CAUET

Écologie et environnement voilà des mots qui ont maintenant une connotation parfois négative du fait de l’intégrisme de certains. Dans notre équipe nous parlerons plutôt de développement durable ou mieux de développement raisonné.

La méthode de notre équipe  est celle-ci :

Par ailleurs nous ne sommes ni aveugles ni sourds sur ce qui se fait de positif chez nos voisins. Pour cela, voici quelques exemples simples et réalisables par une municipalité se devant de donner l’exemple.

♥ Les circuits courts de production :

- Pour la restauration scolaire et des maisons de retraite au lieu d’une centrale d’achat avec des produits d’origine incertaine, pourquoi ne pas utiliser des producteurs (maraichers) de proximité (cf. la municipalité des Sables d’Olonne) ?

- Pour réimplanter le commerce de bouche en centre bourg, pourquoi ne pas envisager la construction d’un marché couvert (ou une halle) ?

Une municipalité se doit d’anticiper, d’être une locomotive.

♥ Vigilance de la qualité de l’eau : commençons par une information de nos concitoyens sur l’utilisation des herbicides et pesticides. C’est vital pour nos ostréiculteurs et le plan d’eau de l’école de voile.

♥ Taxe des ordures ménagères,  il faut discuter d’un moyen alternatif pour diminuer cette facture trop lourde, mais arriver à 0 ordure est très difficile, améliorons le compostage et pourquoi pas une facturation liée à la masse pondérale d’ordures par foyer ou au nombre d'enlèvements ?

♥ La lutte contre l’effet de serre au niveau d’une commune comme Talmont passe là encore par des mesures simples et économes à terme.

◊ Des véhicules électriques municipaux (150km d’autonomie c’est suffisant).

◊ Installation de bornes électriques de recharge.

◊ Pour les énergies renouvelables : panneaux photovoltaïques sur les bâtiments communaux.

◊ Amélioration de l’isolation par des matériaux écologiques.

♥ On ne reviendra pas sur la prévention des risques (des catastrophes) et le contournement sud sans parler des effets pervers sur la circulation (circulation impossible place du château) et quid d’un véhicule citerne ayant un accident sur le viaduc du Payré ?

♥ Un élément nous tient à cœur, c’est la création d’un éco-quartier (cf. municipalités d’Olonne et de Beaulieu sous la Roche) au niveau de la ZAC des Minées près des Ribandeaux :

Espaces verts, équipement de proximité (aire de jeu pour enfants), traitement des eaux pluviales par parcelle, pistes cyclables vers le centre bourg, implantation bioclimatique du bâti, encouragement à l’utilisation d’énergie alternative, l’avantage d’une ZAC au point de vue financier. Le prix des parcelles est ainsi de l’ordre de 50000€ acceptable pour les primo-accédants.

Amélioration et protection de notre environnement

◊ L’état des dunes du Veillon.

◊ Valorisation de l’espace vert de la Chapelle.

♥ Enfin dans les thèmes  de développement durable il y a la notion de démocratie citoyenne participative réelle : le conseil actuel dit des Sages et ses membres cooptés n’est sans doute pas la solution préconisée.

Conclusion : pourquoi, ne pas relever le défi de l’Agenda 21 ?

20 ans après avoir été adopté au sommet de la Terre à Rio, l’Agenda 21 local, est devenu en France un véritable outil de développement durable pour les collectivités et les territoires  (Cf. la ville de Nantes).

L’Agenda 21 local marque la volonté d’intégrer aux projets locaux toutes les composantes du développement durable : équilibre entre le court et le long terme, conciliation des exigences économiques, sociales et environnementales, prise en compte des enjeux locaux et globaux (efficacité énergétique, effet de serre…), développement écologiquement et socialement responsable.

Bilan du précédent mandat : UN NÉANT QUASI TOTAL SUR :
1. la prévention des catastrophes : inondations et contournement sud et estuaire du Payré, qualité de l’eau de l’étang, les dunes du Veillon.
2. le restaurant scolaire et celui de la maison de retraite et sur l'utilisation d’une centrale d’achat.
3. la  démocratie citoyenne : pseudo-conseil des Sages mis en place par cooptations, surdité à la pétition du contournement sud qui demandait un referendum.
4. les ordures ménagères et l'augmentation des taxes.
5. l’agriculture durable.
6. l' énergie verte (photovoltaïque et éolien).
7. la gestion du parc automobile municipal.
8. la  disparition du commerce du centre-ville.