Archives de l'auteur : Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire

Le 28 juillet, Ouest-France publiait un article dans lequel Maxence de Rugy prétend apporter des explications sur le projet de lotissement "La liberté" suite à la passe d'armes entre la majorité et les élus de notre liste lors du dernier conseil municipal (article O-F). Ses propos laissent entendre que Philippe Chauvin - incarnant soi-disant le PS - veut faire "payer" davantage les jeunes pour accéder à la propriété. Devant cette affirmation fausse et gratuite, nous avons souhaité répondre également par voie de presse. L'article de Philippe, n'ayant pas été publié dans son intégralité, nous vous le livrons en entier ci-dessous.

réponse Philippe (2)"Le Maire de Talmont-Saint-Hilaire (Maxence de Rugy) s'en prend, grossièrement, à moi dans l'exercice de mon mandat d'élu municipal en multipliant les contre-vérités :

1) Je ne suis plus membre du Parti Socialiste (PS) depuis plus de vingt ans. Le maire le sait. Il a déjà utilisé cet argument fallacieux lors de la campagne électorale. En persistant dans cette erreur, il trompe délibérément les électeurs talmondais.
2) Lors du débat sur la fixation du prix  du lotissement communal, mon intervention n'a porté que sur les conditions de la détermination du prix. J'ai voté ce prix de 80€  le m², avec mes colistiers. En travestissant mes paroles, le maire trompe délibérément les électeurs talmondais.
3) Depuis trois ans, à chaque décision financière, je rappelle la situation d'endettement excessif de la commune, et notre engagement public à ne pas augmenter les impôts. Avec nous, à Talmont-Saint-Hilaire, ce serait moins d'impôts !!! Le maire les a augmentés chaque année. En ayant une pratique opposée à ses paroles, il trompe délibérément les électeurs talmondais.
En suivant notre site, les électeurs talmondais peuvent se faire leur propre jugement citoyen sans craindre les manipulations politiciennes."

téléchargement

 

Si vous voulez laisser un commentaire, ici

JEAN RENARD (Professeur émérite de géographie à l’université de Nantes et spécialiste de la géographie sociale et rurale)

Bonjour,
Je suis également outré par ce recul du conseil départemental !
Leclerc et sa grande surface, Oui, Le collège public autrement indispensable, Non.
J’espère que localement l’association pour le collège va se manifester.
Je vote pour une pétition !
Bon courage

S.B (souhaite garder l'anonymat)

C'est quoi ça ! J'ai une fille en CM1 et un fils en maternelle. Je croyais que mon fils pourrait aller au collège de Talmont. C'est foutu alors ?

La députée de notre circonscription, Sylviane Bulteau, a interpelé Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, lors de la séance des questions orales à l’Assemblée Nationale, mardi 5 mai 2015. Sous ce lien, un article relatant les faits :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/2015/05/05/usine-cochons-de-poiroux-quand-sylviane-bulteau-la-depute-de-vendee-interpelle-stephane-le-foll-718945.html
Certes, la réponse du ministre ne peut nous satisfaire : “La loi, c’est la loi”. Pouvait-il dire autre chose ? Que dirait-on d'un ministre qui ferait fi d'une décision de justice ? Nous savons tous que le projet est pour l'instant, déclaré conforme aux lois en vigueur ce qui ne l'empêche pas de constituer une mise en danger de l'environnement fragile de notre territoire.
318-76626Il faut retenir les points positifs de cette intervention et ne pas désespérer :
1) Notre problème est connu du ministère et a été porté jusqu'au plan national.
2) Stéphane Le Foll encourage la commission de site mise en place par la Préfecture et demande à ce qu'une solution soit trouvée. Nous espérons que son équipe et lui suivront attentivement l'avancée des discussions ...
3) Continuons à faire valoir notre désaccord. Nous avons avec nous Sylviane Bulteau (Députée de notre circonscription), Christophe Clergeau (1er Vice-Président de la Région), Stéphane Ibarra (Conseiller Départemental Roche Sud), .... et même Yannick Moreau (Député-Maire d'Olonne) qui ont publiquement déclaré s'opposer à ce projet d'usine à cochons ... comme beaucoup de citoyens vendéens.

Jean Renard, qui fut très longtemps Talmondais, nous apporte les précisions historiques suivantes concernant le projet de collège :

"À propos de l'explication de l'absence d'un collège public sur le canton, il suffit de se reporter aux délibérations du conseil municipal de Talmont dans les années 1950. Tout un chacun peut s'y référer.
La demande de l'ouverture d'un collège avait été faite et transmise aux autorités compétentes. La municipalité de Saint-Nazaire offrait des bâtiments préfabriqués en l'attente d'une construction en dur. L'initiative avait été laissée au maire de Talmont de l'époque, lequel devait suivre le projet. Curieusement il n'y a pas eu de suite.
Et un collège public s'est ouvert peu après  aux Moutiers les Mauxfaits ! Allez comprendre pourquoi ?"

Les obstacles juridiques ayant été levés, les actionnaires de la porcherie géante de Poiroux peuvent relancer leur projet.
Il n'en demeure pas moins que toutes les inquiétudes nées autour de ce projet démesuré (menaces graves sur la qualité de l'eau de la rivière du Payré et de la réserve du lac de Finfarine, et par conséquent sur les activités du bassin ostréicole du Payré, entre autres ...) restent plus que jamais d'actualité.
C'est pourquoi Philippe Chauvin, et la liste « Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire », refusent un tel projet, contraire au développement durable et mesuré qu'ils proposent dans leur programme municipal.