au 14 novembre 2018

♦ Prochain conseil municipal lundi 17 décembre 2018

♦ Nos interventions lors du conseil municipal du 5 novembre : ici



Observations définitives concernant la gestion de la commune de Talmont-Saint-Hilaire
Chambre régionale des comptes GREFFE N°2016-143 : rapport officiel



NOS TRIBUNES



14 novembre 2018 : LA LAÏCITÉ
valeur républicaine du vivre ensemble, de la liberté et de la tolérance

45687342_1843458852419388_7251061877017411584_nNous venons de fêter, il y a quelques jours, le centenaire de la fin de la guerre de 1914-1918 et d'honorer Georges Clemenceau, le Père la Victoire. Certains élus de notre département ont tenté de récupérer la mémoire de ce dernier parce qu'illustre vendéen.

Le Président de la Communauté de communes Vendée Grand Littoral, par ailleurs maire de Talmont Saint-Hilaire, lui, a invité officiellement et largement, les élus de son territoire à assister, avant la commémoration républicaine, à une messe célébrée par l'évêque du diocèse de Luçon, le 11 novembre, sur l'esplanade devant la maison où Clemenceau a vécu ses dernières années, « en présence du Préfet de la Vendée et du Président du Conseil Départemental » … selon l'invitation. C'est oublier que Clemenceau se proclamait libre de toute attache religieuse, indépendant de tout clergé et enterré, selon ses volontés, civilement, dans sa propriété de Mouchamps.

Pour rappel, la laïcité (loi de 1905) repose sur trois principes et valeurs : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions.

La laïcité suppose donc la séparation de l’Etat et des organisations religieuses. De cette séparation se déduit la neutralité de l’Etat, des collectivités territoriales et des services publics, non de ses usagers. Dès lors un élu, es qualité, n'a pas à inviter à un office religieux. Il peut le faire, à titre privé, dans un espace privé, avec les invités qu'il souhaite. Les représentants de la République peuvent y participer, à titre privé, sans signe de leurs fonctions officielles.

Les élus de Construire l'Avenir de Talmont Saint-Hilaire (CATSH) que nous sommes, avons participé à la commémoration officielle du centenaire sur le parvis de la maison de Clemenceau, en souvenir des millions de Poilus morts et blessés pour notre liberté, commémoration républicaine respectueuse des convictions de Georges Clemenceau qui a porté, avec quelle énergie, l'action de la République à un moment -1917- où les dirigeants politiques et militaires ne trouvaient plus de solutions.


24 septembre 2018 : MOBILISONS-NOUS POUR LE COLLÈGE

Depuis toujours, ardents défenseurs de l'implantation d'un collège public à Talmont, à l'initiative de l'association "collège talmondais", nous vous invitons à venir nombreux le JEUDI 27 SEPTEMBRE À 17h30 aux RIBANDEAUX : les élus du Conseil départemental "pourraient" faire des annonces concernant le nouveau "plan collèges" du département. Une présence très nombreuse de la population serait utile à la défense de ce projet légitime et indispensable pour nos enfants, mais hélas maintes fois annoncé puis repoussé.

42305825_2093878733977250_7891083773024927744_n


10 août 2018 : LA MAIRIE DE TALMONT plusieurs fois CONDAMNÉE ou la TRÈS GRANDE FAIBLESSE JURIDIQUE de son MAIRE

Deux gros titres dans les journaux ces dernières semaines :
- TALMONT : véto à la construction, la mairie à nouveau condamnée (Journal des Sables du 02/08/2018)
- TALMONT : la justice annule la vente des terrains à Leclerc (journal des Sables du 09/08/2018)
La sécurité juridique des actes d'une commune est une condition nécessaire de la confiance et de la bonne gestion. Depuis le début de ce mandat (mars 2014), nous dénonçons régulièrement au conseil et sur notre blog, l'insécurité juridique des pratiques du maire :
- délibérations mal rédigées et mal motivées,
- procédures multiples devant les juges administratifs en matière d'urbanisme, ayant donné raison à des concitoyens mécontents (quartiers de la Gilbertière, du Lauzun et bien d'autres).

téléchargementLa justice administrative, dans les deux jugements de ces jours, valide entièrement nos analyses :
- dans le premier jugement, la commune n'a pas respecté ses propres prescriptions du Plan Local d'Urbanisme (PLU). Non content d'avoir perdu une première fois devant la justice, le maire a fait appel et reçu un deuxième camouflet en appel !
- dans le second jugement, celui du dossier LECLERC, le maire a méconnu gravement le code des marchés publics et le nécessaire respect de l'égalité de traitement entre les candidats. Il avait très largement favorisé le promoteur LECLERC :
- baisse du prix de 20 € à 18 € le m²,
- surface commerciale autorisée portée de 2500 m² à 3200 m²
- diminution de la surface vendue de 60 000 m² à 55 000 m²
Ce sont là des conditions commerciales accordées à Leclerc de façon illégale puisqu'intervenant après l'attribution du marché. La commune y perdait 300 000 € et la maitrise commerciale de la zone des Rogues pour trente ans.
téléchargement (2)Et le juge pointe également le mépris du maire pour les élus du conseil municipal :
- aucune information au conseil, pourtant obligatoire, de l'estimation des Domaines,
- aucune information au conseil, ni à priori ni à posteriori des procédures en cours devant les tribunaux.
Nous, élus minoritaires de CATSH avions relevé les cadeaux faits à Leclerc et avions voté NON à la délibération autorisant le maire à signer les contrats avec Leclerc. Les faits et les juges ont complètement désavoué le maire de Talmont Saint Hilaire et nous donnent raison.

ET MAINTENANT ?
Dans le premier cas, le promoteur pourra réaliser son lotissement. Mais ses confrères y réfléchiront à deux fois avant de s'engager avec la commune !
Dans le second cas, les marchés avec Leclerc vont être annulés, purement et simplement. Il n'y aura pas de zone commerciale aux Rogues, contrairement aux promesses réitérées du maire. Remarquons que le maire de Talmont et président de la communauté de Communes a un droit théorique de faire appel de ce jugement. Espérons qu'il lui reste un brin de lucidité pour ne pas le faire et ajouter des frais de justice aux pertes déjà constatées !
De plus, il va falloir inventer un futur à cet espace de 55 000 m². C'est un enjeu à plusieurs millions d'euros.


29 juin 2018 : Un projet communautaire contesté

_JAC8507 (2)

Philippe Chauvin est le seul élu de notre liste à siéger à la Communauté de communes.

NOUVEAU SIÈGE COMMUNAUTAIRE
Le 27 juin 2018, l'un des projets de délibération de la réunion du Conseil communautaire portait sur «l'acquisition foncière pour l'implantation d'un nouveau siège». Philippe Chauvin, représentant de notre liste, est intervenu pour dénoncer ce projet aussi pharaonique qu'indécent expliquant qu'au-delà des enjeux financiers, il s'agissait d'un mauvais signe envoyé aux citoyens «les élus se servent les premiers … au lieu de servir la population». Une évolution raisonnée du siège actuel, devenu inadapté, est acceptable mais pas un nouveau siège au coût exorbitant.

LE SITE CHOISI : COEUR DE VILLE DE TALMONT
Depuis 10 ans, les municipalités talmondaises successives ont réservé du foncier sur une surface de 5500 m² en centre de Talmont pour dégager un nouvel espace ouvert au public. Ce sont 3700 m² de cette emprise foncière que le maire de Talmont et président de la communauté Maxence de Rugy veut s'approprier pour construire l'hôtel de la Communauté, réduisant à néant le projet de ses prédécesseurs : ce serait alors adieu à toute possibilité de lien ouvert entre la rue Nationale et la place du Château.
Et pourtant, c'est le seul espace aménageable du centre ville qui pourrait devenir (c'est notre souhait) un lieu d'accueil des publics autour d'activités de commerces, de culture, de loisirs … à l'instar, par exemple, de la place Napoléon, une ancienne place d'armes devenue un outil d'attraction touristique. Cette évolution de notre ville nous semble bien plus importante que l'implantation d'un siège administratif, fut-il celui de la Communauté de communes.

ET POUR COMBIEN LA COMMUNE DE TALMONT CÉDERAIT-ELLE SES TERRAINS À LA COMMUNAUTÉ VENDÉE GRAND LITTORAL ?
Nous estimons le coût global du foncier à au moins un demi-million d' € auxquels il faut ajouter le coût des démolitions et des dépollutions. Notons qu'à ce jour, la commune n'a réellement payé que 250 000 € … il lui reste donc à verser plusieurs centaines de milliers d'€.
Comment la Communauté dédommagera-t-elle la commune de Talmont en échange des 3700 m² en plein centre ville ? Le maire président envisage une cession gracieuse de l'ensemble foncier, traduire un DON ou pratiquement. C'est évidemment contraire au principe de bonne gestion financière et aux intérêts des contribuables talmondais ! D'ailleurs, si cela se concrétise, tout citoyen pourra mener une procédure juridictionnelle (cf. le Journal des Sables cette semaine sur la probable annulation de la vente Leclerc).

SANS PARLER DE LA DÉRIVE DES COÛTS DE CONSTRUCTION …
Le maire président avait estimé il y a quelques mois, la construction du siège à 3 000 000 d'€. Mais, dans délibération du 27 juin 2018, les chiffres sont revus à la hausse : 4 600 000 € sans compter les prix des terrains, les démolitions, les dépollutions et les surcoûts probables. L'addition va être salée pour les contribuables !!!

Philippe Chauvin a voté CONTRE cette délibération. Il a préalablement demandé un vote à bulletin secret pour que chacun puisse s'exprimer librement, ce qui n'a pas été retenu. Pour autant, on notera que sur 37 conseillers communautaires présents, 14 (dont Philippe Chauvin) se sont opposés ou abstenus et sur les 23 autres voix, 9 sont des conseillers ou adjoints de Maxence de Rugy. Comme quoi, le projet de l'hôtel de la Communauté est bien loin de faire l'unanimité des 20 communes !!!


11 avril 2018 : Aliénation du domaine public

terrain-a-vendre-150x150Nous avons soulevé cette question en point n°31 du Conseil municipal du 9 avril 2018 suite à une lettre envoyée par la municipalité à des centaines de riverains d'espaces verts ou collectifs de lotissements d'habitations, lettre qui commence par ces mots : "Dans le cadre d'un projet d'investissement, la commune envisage la cession de tout ou partie de l'espace public ...".
Nous avons été alertés par des habitants de deux quartiers sans qu'auparavant, le conseil municipal n'ait été informé alors que l'enjeu pour notre commune et les habitants de ces quartiers est considérable. Nous avons donc demandé au maire :
- quelles étaient les réactions des habitants concernés,
- si les équipements publics étaient, ou non, "dédiés" à des voies de circulation et des espaces verts,
- si les conditions d'ALIÉNABILITÉ étaient réunies,
- si c'était la première étape pour céder une partie de l'espace public, Avenue des Pins (le terrain de caravanning) à un camping voisin.
Le maire a répondu complètement à côté de nos questions, faisant état de la nécessité d'inventaire des terrains à vocation constructible pour permettre la densification des centres villes. Mais pour cet inventaire, nul besoin d'écrire à nos concitoyens !
Inutile de dire que nous n'avons pas été, le moins du monde, convaincus par cette réponse "langue de bois". Nous sommes résolument aux côtés des résidents qui ont payé ces équipements et les ont rétrocédés gratuitement à la commune pour qu'elle les entretienne et les conserve en l'état.
Il est probable que ce projet sera abandonné et, en toute hypothèse, rien ne sera possible sans vote préalable du Conseil municipal.
Vous pouvez consulter ces sites pour plus amples informations :
http://veillonsauvert.blogspot.fr/
http://www.talmondais85.fr/echos-de-la-ville/



voeux CATSH 2



2 décembre 2017 : Petite histoire d'une motion inutile
ou comment se faire mousser auprès de ses "amis"

ChauvinEn France, se loger coûte très cher, presque deux fois plus qu'en Allemagne. C'est mauvais pour tout le monde, sauf pour les professionnels de l'immobilier. Les loyers sont trop élevés alors l'État dépense 25 milliards pour aider ce secteur, en particulier par l'APL, participant ainsi aux bien trop élevés déficits publics.
Le gouvernement tente de commencer à y remédier. La baisse de 5 euros mensuels de l'APL est compensée par une baisse de 50 euros du loyer financée par les sociétés d'HLM, qui dégagent, au moins pour la principale, en Vendée, des profits et des fonds propres considérables, accumulés depuis des dizaines d'années. Ce n'est pas leur vocation : ils «doivent être au service» des familles modestes !!!
Dans une habituelle démarche corporatiste, ces sociétés ont demandé aux élus locaux vendéens de les soutenir et de dénoncer les mesures gouvernementales, message reçu 5 sur 5 par notre maire et président de la communauté. Il nous a donc été demandé de DÉCIDER d'une MOTION en ce sens, dans les deux assemblées.
Après un «débat» peu utile en conseil communautaire et à peine amorcé en conseil municipal, nous avons bien compris que leur attitude idéologique faisait fi du principe de réalité. Nous avons donc voté NON à ce texte sans intérêt.
Nous verrons, en fin de mandat, les résultats de cette nouvelle politique gouvernementale et nous assumerons nos positions d'aujourd'hui.
Pour nous, ce qui prime, c'est l'amélioration de 540 euros par an des familles modestes logées dans le parc public et bénéficiaires de l'APL.
Tout le reste, y compris les gesticulations publiques de notre maire, sont dérisoires par rapport à ce geste fort de solidarité en direction de ces familles.


17 novembre 2017 : salle Louis Chaigne 19h30

Merci à vous tous ... Cette rencontre fut à la fois pour nous un moment d'échanges et un encouragement à poursuivre avec enthousiasme notre mission d'élu minoritaire jusqu'aux prochaines élections en 2020.


IMG_2387

 


5 octobre 2017
À propos du collège ... un ancien habitant écrit au Conseil départemental 

lettre ouverte


25 septembre 2017
Notre question orale en conseil municipal
le dossier collège : cliquez ici

Le communiqué du Président du Conseil départemental 85 en date du 20 septembre dernier rendant public son refus de construire un collège sur notre commune, en contradiction totale avec les engagements passés, nous remplit de colère, nous les élus de « Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire ». Une Talmondaise d'une cinquantaine d'années croisée par l'un de nous, très accablée par la nouvelle de l'abandon du projet, s'est exprimée ainsi : « On m'avait promis le collège public pour mes enfants et maintenant mes petits enfants ne l'auront pas ». Tout est dit dans cette phrase !

Et pourtant, les électeurs talmondais ont cru, naïvement, que votre proximité, Monsieur le Maire, avec le Conseil alors général maintenant départemental, serait un atout de poids quand vous affichiez votre complicité avec le Président de l'époque, en 2014 pendant la campagne électorale.
Et pourtant, les contribuables talmondais n'ont pas bronché quand ils ont payé une 2ème fois pour mettre à disposition les terrains nécessaires pour la construction du collège public, les élus ayant ensuite modifié le PLU pour en permettre la réalisation.
Et pourtant, toute la population y a cru quand, avec vos amis du Conseil départemental, vous actiez le projet d'implantation de ce collège pour 2019-2020 avec ce titre dans la presse « Le projet de collège public avance à grands pas ». C'était le 15 septembre 2015.
Et pourtant, le 22 avril 2016, après une visite au département, l'association « un collège public pour tous à Talmont-Saint-Hilaire » nous a alertés : le collège était retiré du plan qui s'achève en 2018 et serait reporté. C'était déjà un très mauvais signe. Alors, à l'initiative des élus de notre liste, nous, le conseil municipal, avons voté dans une unanimité réconfortante, une motion pour tenter de faire pression.
Et pourtant, tout cela fut en pure perte !
Le communiqué du Conseil départemental sonne-t-il définitivement le glas du collège ? Dans votre communiqué du 20 septembre, Monsieur le Maire, vous dites « prendre acte ». Est-ce à dire que vous vous inclinez devant cet oukase départemental ? C'est notre première question.
Pour notre part, nous ne voulons pas prendre acte de cette décision inique. À notre sens, l'intérêt supérieur des enfants doit PRIMER sur toute autre considération.
C'est pourquoi, nous appelons :
1) à élargir l'action, derrière l'association du collège public, en associant tous les enseignants, toutes les associations de parents d'élèves, toutes les associations et tous les citoyens qui soutiennent ou souhaitent soutenir l'École de la République.
2) à mettre en œuvre sans tarder des actions visibles pour exprimer notre ras le bol et réitérer notre demande.
Les élus de « Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire » participeront pleinement à ces actions. Monsieur le Maire serez-vous avec nous ? C'est notre deuxième question.


20 septembre 2017
le Conseil départemental annonce officiellement l'arrêt du projet de collège public

Ça a le mérite d'être clair ... Nous apportons notre soutien sans faille à l'association "Collège Talmondais" qui œuvre depuis des années pour assurer aux collégiens de Talmont une scolarisation moins fatigante et donc plus efficace. Ensemble, agissons encore et encore dans l'intérêt de nos enfants !


21558907_1649339695097825_7142225947840835082_n


19 mai 2017 : L'ARGENT PUBLIC MAL DÉPENSÉ EST DÉFINITIVEMENT PERDU

1147911_immobilier-gare-a-la-hausse-continue-des-impots-locaux-web-tete-021255787482La commune de Talmont-Saint-Hilaire est très endettée, plus de 2000 € par habitant talmondais quand la moyenne des communes françaises de même importance est comprise entre 500 et 600 € !
La municipalité actuelle essaie de vous faire croire que cette dette diminue. Ce n'est pas vrai. Au 31/12/2016, la dette consolidée s'élève à plus de 18 millions d'euros (budget principal et budgets annexes).
Cette situation résulte de très mauvais choix, d'investissements comme de gestion, des municipalités qui ont dirigé les mandats passés et plus fortement depuis une quinzaine d'années. Deux exemples pour illustrer cette situation :

1) Les premières ZAE (Zones d'Aménagement Economiques) telles les Groies et les Commères 1 ont été décidées et réalisées sans études préalables sérieuses. La CRC (Chambre Régionale des Comptes) a pointé dans son rapport officiel (page 7 paragraphe 3.1.5) la dérive pour la zone des Groies. Le trésorier public  a obligé la commune à reprendre le déficit des Commères 1 dans le Budget  Principal 2017.
Le transfert de toutes les ZAE de la Commune à la Communauté de Communes Moutierrois Talmondais ne changera rien à cet état de fait : ce sont bien les contribuables talmondais, et plus particulièrement les familles, qui paieront ces déficits par leurs impôts locaux !

2) En urbanisme, le PLU (Plan Local d'Urbanisme) qui a remplacé le POS (Plan d'Occupation des Sols) en décembre 2012, se caractérise, depuis le premier jour, par de grandes faiblesses :

* laxisme en prévoyant des zones constructibles, autour des bourgs en particulier, très étendues, et mauvais choix de classement pour d'autres zones.
* forte insécurité juridique ayant entraîné de nombreux contentieux devant le juge administratif. Les juges ont ainsi imposé à la commune de rendre constructibles (à la Gibretière et sur les Landes du Lauzais) des surfaces importantes d'où l'obligation de modifier le PLU.
Il a fallu, et il faudra encore payer, des avocats pour nous représenter devant la justice et chaque modification du PLU demande deux ans de travail aux services municipaux et plusieurs dizaines de milliers d'euros en frais de dossier.

On pourrait multiplier les exemples ! Il est très facile, par faiblesse, favoritisme ou manque de vision prospective, de prendre des mauvaises décisions. Les conséquences désastreuses apparaissent plus tard, souvent beaucoup plus tard. Mais au final, c'est toujours le contribuable qui paie.
Après trois ans de mandat municipal, les Élus de Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire savent qu'on peut faire mieux avec moins de dépenses, tout en restant ambitieux pour notre commune.

 


28 avril 2017 : CUMUL DES MANDATS ET CONFLITS D'INTÉRÊTS

DesktopDéjà Conseiller régional et Maire de Talmont Saint-Hilaire, Maxence de Rugy, par une manœuvre d'appareil peu glorieuse, a évincé les deux anciens Présidents de Communautés de communes du Moutierrois et du Talmondais qui avaient fait l'essentiel du travail préparatoire, et s'est fat élire Président de la nouvelle Communauté de Communes Moutierrois Talmondais.
Lors du conseil municipal de mars 2017, à propos de la délibération concernant le domaine de l'urbanisme, nous avons souligné publiquement le risque, ainsi créé, de CONFLIT D'INTÉRÊTS. Le maire de Talmont Saint-Hilaire a rejeté "violemment" notre analyse, nous accusant de ne pas connaître cette notion.
Rappelons ici la définition de conflit d'intérêts : "le fait pour un individu de gérer plusieurs intérêts qui s'opposent, dont l'un pourrait corrompre la motivation à agir sur l'autre."
En tant que maire de Talmont Saint-Hilaire, Maxence de Rugy doit donc protéger les intérêts de la commune, en veillant à ne pas augmenter les impôts locaux par exemple. En tant que Président de la Communauté de Communes, pour satisfaire aux conseillers qui l'ont élu, il a intérêt à faire participer la commune de Talmont aux financements publics dans les 20 communes par le moyen des fonds de concours, ce qui aboutit à augmenter la dépense publique de notre commune. Le conflit d'intérêts est donc certain en matière de finances publiques et très vraisemblable en matière d'urbanisme !
Et puis, comment un seul homme peut-il bien gérer 3 mandats publics alors que chacun nécessiterait une disponibilité à plein temps ? Les Français rejettent massivement le cumul des mandats, toutes les enquêtes d'opinion le montrent. À partir de juin 2017, la loi va interdire le cumul d'un mandat parlementaire avec une fonction exécutive pour les collectivités les plus importantes, y compris celle de Président de Communauté de communes.
Cette volonté d'accaparer 3 mandats publics font dire à beaucoup que l'intéressé gère d'abord sa carrière politique, fusse  au détriment de l'intérêt général.
Et vous qu'en pensez-vous ? Pour vous exprimer, suivez ce lien http://construire-avenir-talmont.fr/blog/formulaires-de-contact/


10 janvier 2017 : GRAND MERCI À VOUS,  LECTEURS DE NOTRE SITE !

DesktopNotre blog, ouvert en septembre 2013 pour la campagne des municipales de 2014, connait une fréquentation toujours plus grande : plusieurs milliers de visiteurs pour l'année 2016 et 6915 visites pour le seul mois de décembre !
Vous qui parcourez cette page en cet instant, merci du fond du cœur pour votre participation à notre action d'élus municipaux et communautaires. Nous comptons sur vous pour encore améliorer ce score en 2017 : l'actualité va être riche avec la création de la nouvelle Communauté de Communes Moutierrois Talmondais, regroupant 20 communes.
Merci pour votre lecture, car nous avons besoin de vous :
- pour continuer à nous lire et suivre ainsi la vie de la commune de Talmont-Saint-Hilaire,
- pour faire connaître notre site à vos proches, vos voisins, vos amis ...
- pour nous donner votre avis constructif,
- pour nous poser vos questions …
Beaucoup de nos concitoyens, assaillis par les difficultés de la vie, les outrances de certains médias, ont du mal à suivre la vie publique et réunissent tous les élus dans une même opprobre : « tous pourris, incompétents, corrompus, profiteurs ... ». Ils ne s'inscrivent même plus sur les listes électorales, se réfugient dans l'abstention, votent pour des partis extrémistes qui n'exerceront jamais le pouvoir ou qui feraient alors bien pire.
Vous qui venez régulièrement sur notre site, nous comptons sur vous pour leur montrer que ce jugement sommaire n'est pas juste. Certes, il faut sanctionner les élus tricheurs sans pitié, mais respecter ceux qui, en majorité, sont honnêtes et motivés par le seul intérêt général, sans souci de gestion de carrière.
Nous, élus de la liste « Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire, nous consacrons de nombreuses heures chaque mois à notre commune, bénévolement, sans aucune gratification. Nous prenons le risque d'être incompris ou caricaturés en soutenant des positions courageuses et non démagogiques (c'est tellement facile de flatter l'instinct des électeurs en leur tenant un discours attendu et en faisant l'inverse après). Votre lecture est pour nous la récompense de notre travail.
Bonne année à vous, votre famille, vos proches … @ très bientôt sur ce site.


17 décembre 2016 : MAIS QUI EST À CÔTÉ DE LA PLAQUE ?


capture
Vous pouvez consulter l'intégralité du document "Observations définitives concernant la gestion de la commune de Talmont-Saint-Hilaire" par la Chambre régionale des comptes année 2010 et suivantes (ici observations-chambre-regionale-des-comptes). Les conclusions et recommandations corroborent toutes nos analyses, n'en déplaise au maire : NON, "nous ne sommes pas à côté de la plaque" comme ce dernier l'a si élégamment déclaré en conseil municipal du 7 novembre à l'encontre de Philippe Chauvin. Et OUI nous avions raison : ce document de la Chambre régionale des comptes remet les pendules à l'heure !

Quelques lignes extraites du rapport de la Chambre régionale des comptes 

* page 1 : "Elle (la situation financière de la commune) se caractérise par une dette importante, des taux d'imposition supérieurs aux communes de même strate démographique, (taxe d'habitation, taxe foncière, cotisation foncière des entreprises) et un fonds de roulement qui représente quelques semaines de charges courantes."
* page 1 : "En effet, le niveau de ces dépenses (en investissement) (22,7 M€) a été quasiment deux fois plus élevé que les financements propres disponibles contraignant la commune à contracter de nouveaux emprunts (plus de 9 M€)."
* page 2 : "De plus, les opérations d'aménagement (zone 'activités Les Groies, Les Commères) n'ont pas toujours été conduites de manière conforme à la réglementation."
* page 2 : Par ailleurs, la rémunération d'un ancien directeur, maintenue durant 17 mois après sa fin de fonction, sans nouvelle activité précise, constitue une irrégularité."
* page 5 : "Cependant, la tenue des comptes des budgets annexes ne respecte pas toujours la réglementation."
* page 6 : "L'information patrimoniale n'est pas certaine ; il a été constaté des divergences ..."
* page 6 : "Aucune provision n'a été comptabilisée au cours des exercices examinés."
* page 7 : "En dépit des prescriptions réglementaires, la commune a fait le choix de maintenir artificiellement le budget annexe des Groies, votant chaque année des crédits qui étaient annulés - puisqu'inutiles ... La chambre observe tout d'abord que le niveau du déficit de l'opération tient à l'inéquation du prix de vente des terrains, très en de ça de leur prix de revient ...".
* page 11 : "La chambre constate que depuis la réforme fiscale de 2011, la commune augmente ses taux d'imposition de manière systématique chaque année (0,5 à 1,5 % par an)." ...
* page 13 : "La chambre constate que ces décisions (reprise des golf et Port Bourgenay par la commune) ont été prises sans étude fine des conséquences financières, sur la masse salariale (reprise en régie du port), les charges de gestion courante et l'endettement communal."

Pas nécessaire d'en écrire davantage ! Arrêtons-nous là ... Si vous voulez en savoir plus lisez le document complet observations-chambre-regionale-des-comptes ou notre intervention en conseil.


26 juillet 2016

stock-photo-18912348-victory-signUNITÉ NATIONALE ET ATTENTAT DU 14 JUILLET
En référence à la grande fête populaire du 14 juillet 1790, la fête de la Fédération, sur le Champ de Mars à Paris, le 14 juillet est devenu, à côté du drapeau et de « La Marseillaise », un symbole fort de ce qui UNIT tous les citoyens de notre communauté française. Le plus souvent, à part le défilé télévisé sur les Champs Élysées, il n'en reste, dans les communes, et c'est le cas à Talmont-Saint-Hilaire, que le feu d'artifice, tradition qui est apparue cent ans plus tard, ainsi que le bal populaire. Cependant, quelques communes vendéennes restent encore attachées à ce symbole et invitent leurs habitants à la Mairie. C'est l'occasion d'une prise de parole rappelant le sens de cette fête et les valeurs fondamentales trop souvent oubliées de la République : LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ. S’en suit un temps convivial qui rassemble les citoyens.
L'odieux attentat de Nice a été perpétré le soir de la fête nationale et cela ajoute à l'horreur. Tous les citoyens français sont atteints par cet acte terroriste  qui aurait dû être suivi d'un moment de deuil et de compassion, à l'intention des victimes, de leurs proches et des Niçois. Nous aurions dû, TOUS nous UNIR,  pour dire à la barbarie que nous ferons face et que nos valeurs de fraternité seront plus fortes que l’absence d'humanité. Or ce n'est pas ce qui se produit. Des hommes politiques, croient utile pour leur carrière, d'enjamber ce temps de deuil, pour critiquer les pouvoirs publics et leur faire porter le chapeau ! En courant ainsi derrière les extrémistes, ils leur font la courte échelle. Nous pourrions le voir, hélas, aux prochaines élections.
Dans notre commune, une minute de silence a été organisée par la municipalité, lundi 18 juillet, à 12 h 00, sur le parvis de la mairie. Organisée à la hâte (élus prévenus par mail à 11 h 37 le jour même soit 23 minutes avant la cérémonie), elle n'a réuni que quelques dizaines de participants, pour l'essentiel des employés municipaux. On aurait pu et dû faire beaucoup mieux. En s'y prenant dès le vendredi 15 juillet, on aurait pu prévenir des centaines de Talmondais pour un temps de recueillement partagé, avec une prise de parole forte pour condamner les extrémismes de tout bord, rappeler la force de nos acquis républicains qui nous permettront, et on l'a vu dans la victoire contre le nazisme, de triompher  à nouveau de la barbarie à visage inhumain.
Notre pays, quels que soient ses dirigeants élus, aujourd'hui et demain, devra affronter d’autres attentats. Ceux qui vous promettent l'inverse se moquent de nous et nous mentent. Tous ensemble, fiers de nos valeurs républicaines, nous devons RÉSISTER avec DIGNITÉ, et ne jamais baisser la tête devant les forces du mal.


29 juin 2016

téléchargementTRAVAILLER DANS L'URGENCE, C'EST MAL DIRIGER .
Nous venons de recevoir une nouvelle convocation pour un conseil municipal "exceptionnel" du 05 juillet, quinze jours après un autre conseil "exceptionnel" ! Ça devient une habitude : depuis le début de l'année, un seul conseil sur 6 s'est tenu à la date initialement prévue. Trois dates ont été changées, et deux nouvelles ajoutées en urgence. Il y a eu aussi de nombreux changements concernant également les commissions.
Pour justifier ces convocations, la mairie fait référence aux carences des services fiscaux (vote du budget) ou à la nécessité juridique (délais de procédure pour la reprise de la gestion du port de Bourgenay). Sans doute faut-il y ajouter des difficultés d'emploi du temps pour notre édile, pris également par ses nouvelles charges d'élu régional (une fois de plus, le cumul des mandats s'avère globalement négatif).
Or, on pouvait très bien voter le budget à la date prévue, et la reprise du port par un SPIC ( Service Public Industriel et Commercial) pouvait s'organiser depuis plusieurs semaines. Un bon gestionnaire doit savoir ANTICIPER et réduire les situations d'urgence au maximum. Nous en sommes très loin à Talmont-Saint-Hilaire !
Nous nous efforçons de respecter les électeurs talmondais, par notre présence et notre implication positive. Mais cela devient de plus en plus difficile ! Nous réitérons publiquement notre souhait que soit respecté le calendrier des réunions municipales. La gestion communale y gagnerait en efficacité et en sécurité juridique.


25 mai 2016

À L'UNANIMITÉ ...

pictoL-Ecole-Change_3985421À l'initiative du groupe des élus de notre liste "Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire", le conseil municipal réuni le 23 mai a voté à l'unanimité un "vœu" (résolution) adressé au Conseil Départemental dont voici la conclusion : (pour voir le texte complet Résolution)
"... Ce nouveau report, sans date précise d’ouverture, est une mauvaise nouvelle !
Il convient en effet de rappeler que la réalisation du collège dans le respect des délais est d’une impérieuse nécessité :
* pour des raisons d’urgence et de sécurité pour les enfants
, pour qui les transports scolaires sont une contrainte quotidienne ne leur permettant pas d’étudier dans les meilleures conditions.
* pour des raisons d’aménagement et d’équité entre les territoires
. L’absence de collège fragilise le développement de notre commune et notre volonté d’accueillir des jeunes familles.
* pour des raisons de crédibilité de la parole donnée
dans un domaine de compétence qui incombe au Conseil Départemental.
Malgré les contraintes budgétaires et conformément à ses engagements, il appartient au Département de réaliser le collège dans les meilleurs délais.
C’est la raison pour laquelle, le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à l’unanimité, approuve la résolution qui vise à demander au Département de :
* Réintégrer dans le Plan Collège 2010-2019, la construction d’un collège public à Talmont-Saint-Hilaire ;
* Engager rapidement la procédure du concours d’architecte conduisant à la réalisation des travaux ;
* Arrêter une date précise d'ouverture du collège public."

♦ Pour en savoir plus sur le dossier :  "Le collège public aux oubliettes  … !!! ???"  ici


12 février 2016

_JAC8507 (2)À propos du futur LECLERC.
Le conseil municipal du 28 janvier 2016 a pris deux décisions concernant l'évolution des activités commerciales dans notre commune, en permettant la future implantation d'un complexe commercial de près de 10 000 m², centré autour d'un magasin Leclerc, situé route de Jard, à proximité du contournement.
Une étape importante a été franchie ce jour. Elle fait suite à une délibération de principe prise par l'ancienne municipalité à laquelle appartenait le maire actuel et de nombreux conseillers. Une promesse de vente de 55 000 m² à la société SODILONNE, qui gère la zone commerciale Leclerc à Olonne sur Mer et une convention urbaine entre la commune et Sodilonne permettent d'examiner les caractéristiques propres de ces accords, et les conséquences prévisibles sur notre quotidien en matière commerciale.
Sur cette surface de 55 000 m², Leclerc prévoit une surface commerciale de 3 200 m², et des moyennes surfaces de sport, de bricolage, de restauration … pour une surface complémentaire de 6 500 m². Autant dire que les surfaces commerciales de la commune seront doublées ! Il existe de nombreuses conditions suspensives (toutes au profit de la grande surface) qui pourraient lui permettre de renoncer à son projet :

  • les caractéristiques du terrain qui, en fonction d'études à venir, pourraient s'avérer difficiles à construire en raison du cahier des charges imposé aux établissements recevant du public,
  • les autorisations d'urbanisme commercial (départemental et peut-être national)
  • la conjoncture économique et commerciale, selon l'analyse du promoteur du projet,
  • les recours juridiques qui pourraient être mis en œuvre par des concurrents ou toute autre partie s'estimant concernée.

Autant dire que la réalisation demandera plusieurs années. Nous avons de fortes réserves concernant cette opération. D'abord le prix de vente a été abaissé à 18 € le m² HT, alors que la délibération initiale, il y a deux ans prévoyait explicitement un prix de 20 € le m², sous le prétexte d'une conjoncture commerciale difficile. Ce prix est inférieur à ce qui se pratique habituellement. Une fois de plus, la municipalité a mal défendu les intérêts de notre commune.
Le projet prévoit des actions en faveur des commerces de centre ville, en particulier une carte de fidélité commune et quelques subsides pour des animations commerciales. Mais cela soulève des gros doutes quant au résultat final : le plus souvent la partie la plus forte utilise cet outil à son avantage, ne laissant que des miettes à la partie faible. Et puis, il y a une rupture manifeste d'équilibre avec les grandes surfaces préexistantes : il y a fort à parier que ces dernières contesteront cette inégalité de traitement. Les commerçants du centre ville méritent plus de protection de la part de la commune.
La Vendée est le département français qui détient la plus grande surface commerciale par habitant de toute la France. Est-il indispensable d'aggraver ce déséquilibre ? Certains de nos concitoyens disent qu'une nouvelle offre améliorera la concurrence et créera des emplois à leur profit. Mais il y aura aussi destruction d'emplois, par la fermeture de petits commerces et le licenciement d'employés actuels des grandes surfaces préexistantes.
La réalisation de ce projet peut apparaître, en première analyse, comme une bonne chose pour les finances de la commune, tellement malmenées depuis quelques années ! Mais il sera certainement préjudiciable aux commerces actuels ... et inutile pour la plupart des Talmondais et des touristes qui bénéficient déjà d'une offre surabondante. C'est pourquoi nous avons voté contre les deux délibérations proposées.


5 janvier 2016

DesktopPour « Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire », le maire ne doit pas décider SEUL !

Élus d'opposition, nous sommes toujours aussi déterminés au service de tous les Talmondais. Il n'y a que l'intérêt général qui nous motive. Mais nous ne sommes ni écoutés ni entendus.
Chaque mois qui passe, nous constatons que le maire prend, SEUL, des décisions importantes, sans information préalable et sans débat public. Les conseillers municipaux ont pourtant un droit général à recevoir toutes les informations pour accomplir le mandat que les électeurs, tous les électeurs, leur ont confiés.

Quelques exemples :

  • Implanter le collège aux Ribandeaux, soit, mais que faire de tous les terrains achetés ailleurs pour cela ?
  • Les commandes de multiples études (terrains, patrimoine, château …) très coûteuses dont on aimerait comprendre la nécessité,
  • La dissolution prochaine du Syndicat Mixte d'Aménagement du Talmondais (SMAT) en refusant de dire comment le golf et le port de plaisance seront gérés demain,
  • La suppression brutale d'une importante subvention à la plus grosse association de la commune, aboutissant à la disparition de l'action en direction des familles et des enfants …
  • L'information avec six mois de retard des jugements du Tribunal Administratif de Nantes, alors qu'il en résulte l'obligation de réviser le Plan Local d'Urbanisme.

On espérait qu'un jeune maire adopte une gouvernance moderne. Il n'en est rien, sauf pour sa communication personnelle. Malgré les difficultés, nous continuerons à défendre vos intérêts et à proposer des solutions alternatives sur notre site.
La vie publique et privée est rude, dans notre pays et dans notre commune, pour beaucoup d'entre nous. Nous avons une pensée pour chacun, pour vos familles, vos proches, vos voisins, chacun des membres de notre communauté talmondaise. En ces temps troublés, il importe de faire reculer la peur et d'avoir foi en l'avenir.

Bonne année 2016, à vous et à notre commune.
Philippe Chauvin, Claudine Ordonneau, Daniel Gaudry, Joël Baudry,


30 décembre 2015

Que l’année nouvelle apporte à chacun de vous, les rêves qui nous font parfois défaut et vous permette de profiter de la vie en savourant le bonheur d'être en bonne santé …


gif_anime_noel_193


8 décembre 2015

Ci-dessous le communiqué de presse (dans son intégralité) que nous avons adressé
à Ouest-France et au Journal des Sables pour diffusion

Drapeau-avec-hampe-1200-x-800-mm-DRAPFR80__1Suite au conseil municipal du 23 novembre, les élus de la liste « Construire l’Avenir de Talmont-Saint-Hilaire » expriment leur profonde désapprobation quant aux décisions prises par Maxence de Rugy, maire de la commune. À l’instar du maire de la Roche sur Yon, il choisit d’ajuster le budget municipal au détriment des associations à vocation culturelle et sociale qui doivent faire face maintenant non seulement aux dépenses de leurs fluides mais également à la diminution de leurs subventions. Dans le même temps, la commune dépense sans compter dans de nombreuses études et multiplie les opérations de communication. Alors quel sens Maxence de Rugy donne-t-il à ses promesses électorales : « Renforcer le tissu social », « Aider les familles et leurs habitants à bien vivre la commune » et « S’appuyer sur la vitalité des 130 associations talmondaises » ? Paroles, paroles, paroles …


10 novembre 2015

Préserver et améliorer notre cadre de vie : une exigence absolue

P1190459La qualité de notre milieu naturel est reconnue de tous, Talmondais et visiteurs : plage, dune, forêts, marais, vallées ... constituent des atouts incomparables de beauté et de diversité. Cette qualité est reconnue officiellement pour le « site exceptionnel du Veillon et de la Pointe du Payré », continuation du « Grand Ensemble Naturel » des années 80, présenté alors pour mieux nous « vendre » le programme touristique de Port Bourgenay.
Mais ce cadre, fragile, est toujours menacé soit par les phénomènes naturels comme Xynthia ou l’inondation de l'hiver 2014, soit du fait des responsables politiques. Rappelons ici, le massacre de la vallée classée du Payré pour édifier un contournement qui aurait dû passer au Nord, par l’entremise d'élus capables de commettre une illégalité pour parvenir à leurs fins. Pensons aussi à la construction de la maternité porcine industrielle de Poiroux, dans le silence remarqué de nos édiles actuels.
Élus depuis un an et demi, des faits actuels nous interpellent et montrent qu'il y a toujours à se battre.
P11904571) L'année dernière, un propriétaire a réalisé des travaux d'aménagement d'un circuit pour engins mécaniques, sans autorisation, et dans le périmètre de la zone protégée NATURA 2000 qui l'interdit. Sur notre interpellation publique, en conseil municipal, il y a un an, la municipalité nous a répondu que plainte avait été déposée auprès du Procureur de la République. Depuis ? RIEN !!! Il va nous falloir redemander des nouvelles de ce dossier endormi depuis un an.
2) Depuis ce printemps, une décharge ouverte rue du Fléchoux a fait l'objet de bien des questions. La décharge est-elle légale ? Devait-elle être autorisée, déclarée préalablement ? Ce qui est certain, c'est le transit de centaines de camions qui ont sérieusement dégradé la route communale. Nous avons alerté la Mairie en temps utile. Elle a reconnu le préjudice et posé des panneaux de danger, nous assurant qu'elle allait traiter le problème et que, bien entendu, la route allait être réparée par l'entreprise de transport responsable. Depuis ? RIEN !!! Or, le préjudice existe et l'entreprise est connue. Il est donc du devoir de la mairie d'exiger la remise en l'état du bien commun, et ce immédiatement.
3) Talmont-Saint-Hilaire est une grande commune, rurale à l'origine, de 9000 ha qui possède un réseau très important de chemins ruraux dont beaucoup ont été désaffectés, car ne répondant plus à des besoins des exploitants agricoles. Depuis un an et demi, nous demandons une cartographie de ces chemins qui sont un bien commun. EN VAIN !!! On nous demande régulièrement d'accepter l'aliénation et la vente, à un prix symbolique d'une portion de ce patrimoine à des riverains. Cela peut parfois apparaître comme du bon sens et nous l'acceptons. Mais lorsque ce chemin peut relier deux routes existantes, on doit se demander s'il ne serait pas plus judicieux de les conserver (les chemins ne coûtent rien en entretien) car dans quelques années, il y aura une demande accrue de lieux de promenade, pédestre, cycliste, équestre, en sites propres pour accompagner notre développement touristique. Là, l'intérêt bien pensé c'est de conserver l'acquis.
Et nous n'oublions pas les risques naturels. Vous allez voir apparaître dans le débat public un PAPI (Programme d’Actions et de Prévention contre les Inondation) dans le cadre du PPRI (Plan de Prévention des risques des inondations). Derrière ces sigles administratifs « barbares », des dossiers qui concernent tous les Talmondais. Nous y reviendrons en temps utile.


15 septembre 2015

C'est la rentrée !

_JAC8507 (2)Après quelques semaines de break estival, les réunions programmées s'alignent sur les agendas : conseil municipal, conseil syndical mixte d'aménagement du Talmondais (SMAT), Communauté de Communes, commissions, réunions publiques ... Autant dire que notre site d'information communale va beaucoup s'enrichir dans les semaines à venir. Nous espérons vous y retrouver aussi nombreux qu'en début d'année.
En septembre 2014, nous avions décidé de pratiquer une opposition constructive, tout en laissant au nouveau Maire le temps de s'installer dans sa fonction. Nous avons donc été très bienveillants. Maintenant, il va devoir assumer l'intégralité du bilan de la municipalité talmondaise, y compris les mauvaises actions de son prédécesseur, lui qui faisait partie de son conseil !
Souvenez-vous de la campagne électorale 2014 et de nos différences d'appréciation sur l'état des finances communales. Les feuilles d'impôts arrivent avec leurs hausses, alors même que la vie de vos familles est de plus en plus serrée. Or, nous avons démontré que la commune pouvait boucler son budget sans hausse d'impôts !!! http://construire-avenir-talmont.fr/blog/interventions-en-conseil-municipal/ (intervention du 14 avril 2015)
Et puis, les élus de la  majorité de Talmont-Saint-Hilaire ne semblent pas comprendre, qu'en ces temps de disette budgétaire, il faut réduire la voilure, faire mieux avec moins. C'est une véritable révolution culturelle de l'emploi de vos impôts locaux qui doit commencer !
Les enjeux de cette rentrée sont multiples et forts : le futur collège sera-t-il enfin édifié ? Le Maire a décidé, seul et sans aucune concertation, de transférer le site vers les Ribandeaux. Pourquoi pas, mais il faut le justifier et trouver une destinée à tous les terrains acquis par la municipalité précédente, acquisitions qui participent lourdement à l'endettement excessif de la commune.
En consultant le journal de ce jour une photo de notre édile et des représentants du Conseil Départemental nous suggère que "le projet avancerait à grand pas". Hélas, la lecture du texte accompagnant la photo ne fait que confirmer que l'ouverture aux élèves du secteur, c'est plutôt la rentrée 2020 !!! D'ici là, ce sera toujours autant de souci pour les parents et d'inconfort pour les collégiens dans les transports interminables au détriment d'une meilleure scolarité. Nous aurons toujours à nous battre, vous et nous, pour voir enfin cet indispensable outil pédagogique fonctionner.
Au bout de trente années, le Syndicat Mixte d'Aménagement du Talmondais (SMAT) est à bout de souffle et sa dissolution est envisagée, une fois de plus, sans débat public. Le désengagement du Conseil départemental concernant le golf de Bourgenay, le manque de visibilité sur l'avenir du Port, font peser de lourdes menaces sur les budgets futurs. Cela mérite bien un débat public, non ? Nous y sommes prêts.
La loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) est enfin votée. Quelles conséquences pour les collectivités locales dès demain ? Doit-on regrouper les communes ? Quelles compétences déléguer à la Communauté de Communes ? Bien des questions pour lesquelles l'exécutif local doit nous dire comment il veut s'y prendre pour proposer et mettre en œuvre les solutions efficientes.
Sur ces dossiers et bien d'autres, nous allons jouer notre rôle d'opposants, avec esprit de responsabilité, mais sans complaisance.
Vous aussi, vous avez un rôle à jouer : être des citoyens informés et actifs. Lisez et re-lisez notre site, faites-nous part de vos réflexions, de vos analyses, de vos propositions. Et venez assister aux réunions du Conseil municipal, le dernier lundi du mois. Ces conseils sont toujours instructifs et vous pourrez ainsi juger par vous-même comment se comportent les élus, tous les élus, ceux de la majorité comme ceux de l'opposition. Vous comprendrez mieux qui défend l'intérêt général.
À bientôt, donc, à la Mairie de Talmont-Saint-Hilaire.


3 juillet 2015

Non, le maire d’une commune n’est pas un citoyen lambda.

Lors de la réunion du conseil municipal du 26 mai, Ph. Chauvin souhaitait savoir comment fonctionnait le SyDEV*  (définition en bas de l'article) et comment il est possible qu’il subventionne ses propres travaux. À cela Maxence de Rugy, maire de notre commune, a expliqué qu’il ne disposait pas de davantage d’informations que tout citoyen talmondais. Les informations comptables du SyDEV étant publiques, il a invité Ph. Chauvin à se mettre directement en relation avec le SyDEV.
Nous avons d’abord cru que cette réponse orale, prononcée sur un ton ironique, était une boutade. Que nenni ! La réponse du maire est reprise in extenso dans le procès verbal du conseil, procès verbal validé lundi dernier. Ceci nous parait totalement surréaliste : nous ne reprochons pas au maire de ne pas tout savoir mais que lui,  le premier magistrat de la commune se considère comme n’importe quel citoyen, relève carrément de la désinvolture : aurait-il oublié qu'il est délégué depuis juillet 2014 (comme 17 autres élus des communes du Talmondais), du Comité Territorial de l’Énergie du territoire (CTE) ? Le Président de ce dit comité local (adjoint au maire du Bernard)  représente notre communauté de communes dans l'organe délibérant du SyDEV. C’est vraiment un comble : comment Maxence de Rugy peut-il travailler correctement dans un organisme dont il avoue ne pas en savoir plus que le citoyen lambda ?
Et quand bien même, Maxence de Rugy ne siègerait-il pas, à partir du moment où la commune de Talmont-Saint-Hilaire est membre du syndicat, en tant que maire, il est garant auprès des concitoyens du bon usage des moyens financiers mis à disposition du SyDEV. Allez Maxence de Rugy au travail dans l’intérêt de la commune ! Et répondez aux questions légitimes des élus de l'opposition.

* SyDEV : Syndicat Départemental d'Électrification de la Vendée. C'est le syndicat de toutes les communes de Vendée (282). Il installe et possède tout le réseau public de lignes électriques du département et les met à disposition d'ERDF pour le transport de l'électricité.


11 juin 2015

f7ko545rltaymd6f2ohi5oxqlbhq06-preLA FÊTE DE LA MUSIQUE ... depuis 1982

extraits du texte de Carole Robert. site de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel)

"La création de la Fête de la Musique en 1982 par le ministère de la Culture de Jack Lang reflète un changement de la conception de la Culture qui englobe de plus en plus de diversité dans l'expression du talent, les pratiques artistiques ou la capacité d'invention ...
C'est un décret du 10 mai 1982, repris le 11 juin1997, qui officialise cette vision élargie de la culture, que Malraux avait initiée en 1959 : il s'agissait de rendre accessibles les œuvres au plus grand nombre possible de Français, d'assurer l'audience internationale de la culture française et de favoriser la création d’œuvres d'art. Jack Lang va plus loin dans la démocratisation de la diffusion et des pratiques culturelles. La Fête de la Musique permet à des musiciens amateurs de s'exprimer publiquement, ce qui correspond à une véritable demande populaire ...
Il est difficile de quantifier les conséquences de ces événements populaires sur les pratiques des Français mais on constate qu'en vingt ans, le nombre de personnes pratiquant un instrument de musique s'est multiplié... En outre, la mise en place de ce type de fêtes débouche sur la constitution progressive d'un tissu de pratiques amateurs organisées dans des réseaux parallèles, souvent associatifs ... Ainsi plus de 150000 associations défendent en France la cause de la musique, du théâtre, de la littérature ou du patrimoine ..."
Une centaine de pays par le monde célèbre actuellement la fête de la musique.


12 mai 2015

580228_1526613240931934_648340712738869882_nVIE PUBLIQUE ET LAÏCITÉ : LE RESPECT DE L'AUTRE

La célèbre loi de 1905 a consacré le principe de laïcité comme une base essentielle de la vie publique française :
- la liberté de croyance, en particulier religieuse, est confirmée, mais elle reste dans le domaine privé,
- la République française protège cette liberté, mais elle ne privilégie aucun culte car ils sont tous à égalité (chrétiens, musulmans, juifs,...). Cette neutralité, c'est le principe de LAÏCITE. Depuis la seconde guerre mondiale, le principe de laïcité était adopté par tous, y compris par les représentants de l'Église catholique, ancienne religion dominante dans la société française.
Depuis quelques années, on assiste à une remise en cause par le biais de débats sur l'immigration, l'intégration, le communautarisme, avec des tentatives de récupération par certains courants politiques qui justifient leurs discours d'exclusion par l'utilisation de ce principe, ce qui est un comble et introduit le trouble chez ceux qui n'ont pas la culture historique suffisante pour déjouer ces manipulations grossières.
Les grandes manifestations de janvier, suite aux tueries de Charlie hebdo et de l'hypermarché casher, ont montré que ce principe doit être, inlassablement, expliqué et défendu. La LAÏCITE de la RÉPUBLIQUE permet le RESPECT de l'AUTRE, quelles que soient ses convictions religieuses, dès lors qu'il respecte les LOIS.
C'est pour réfléchir ensemble à cette question que les élus de Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire participeront à la soirée publique  intitulée :

LA LAÏCITE AU QUOTIDIEN : LE RESPECT DE L'AUTRE,

organisée par l'association TALMONDAIS 85, le mercredi 20 mai, à 20 heures, salle Louis Chaigne à Talmont-Saint-Hilaire, avec la participation de Monsieur Jean-Pierre FOURRE, ancien vice-Président de l'Assemblée Nationale. À tous, rendez-vous donc le 20 mai.


28 avril 2015

Des énergies renouvelables à Talmont-Saint-Hilaire, pourquoi pas ?

Depuis quelques années, nous savons de façon certaine que notre mode de vie basé sur de grandes consommations d'énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) ne pourra pas durer longtemps.
En France, on nous fait croire que l'énergie nucléaire, parce qu'elle ne participe pas à l'effet de serre lié à l'augmentation du carbone dans l'atmosphère, est une énergie fiable et pas très chère. Hors notre parc vieillit et le nouvel EPR (European Pressurized (water) Reactor = Réacteur Pressurisé Européen) en construction à Flamanville, accumule retards, et surcoûts de plusieurs milliards d'euros. Certains affirment qu'il ne fonctionnera jamais. Rappelons-nous le précédent du surgénérateur de Creys Malville appelé super Phénix (pour les plus âgés d'entre nous qui se souviennent) et arrêté définitivement en 1998 !!!
Ainsi, le développement des énergies douces, renouvelables (éolien, photovoltaïque, biomasse, méthanisation) est déjà et sera de plus en plus une nécessité absolue si nous voulons conserver notre mode de vie. Quand nous payons notre facture d'électricité, nous payons pour cela (Contribution au Service Public d’Électricité -CSPE- environ 9% de la facture).
Hors, une opportunité apparaît dans notre commune. Sur l'emprise de la déchetterie de la Guenessière, une surface de plusieurs hectares, qui ne peut servir à rien d'autre, intéresse un opérateur local, dans de le cadre d'un appel d'offre émis par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), pour la réalisation d'une centrale photovoltaïque.
Saisis pour avis lors du conseil municipal du 27/04/2015, les élus de Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire, ont donné un avis favorable strictement encadré : accord pour que l'opérateur puisse participer à l'appel d'offre, et rien d'autre !
Lorsque nous serons saisis d'un éventuel projet industriel, nous serons très vigilants quant aux caractéristiques techniques, à ses conséquences environnementales  techniques, et aux retombées financières pour notre collectivité (conditions de mise à disposition du terrain, taxes professionnelles à percevoir...).
Il vaut mieux avoir des ressources supplémentaires liées à une activité économique propre, que d'augmenter indéfiniment les impôts locaux chaque année !
Mais c'est un dossier dont nous aurons l'occasion de reparler, car il faudra plusieurs années pour le réaliser.


2 avril 2015

Devenez acteur de votre avenir à Talmont-Saint-Hilaire.

_JAC8507 (2)Il y a trois mois, des millions de citoyens ont défilé dans la rue pour refuser le chantage terroriste et manifester leur soutien aux valeurs républicaines. « Nous sommes Charlie » était le slogan rassembleur de ce moment  historique. Ces dernières semaines, plus de la moitié du corps électoral, à Talmont-Saint-Hilaire comme partout, a refusé de participer aux élections départementales. Méconnaissance des enjeux, désintérêt, ras le bol devant les difficultés de la vie ? Certainement, mais pas que !
Depuis vingt à trente ans, tous les cadres de la société civile et politique ont perdu leur aura : jamais la cote des hommes politiques et des élus n'a été aussi mauvaise, jamais les médias, et en particulier les chaînes d'info continue, n'ont été, et souvent à juste titre décriées. Très souvent, les vedettes médiatiques (hommes d'affaires, artistes, célébrités...) sont épinglées parce qu'elles donnent le mauvais exemple (fraudeurs fiscaux, scandales de mœurs ...). Il n'y a plus d'autorité morale, religieuse, intellectuelle, pour guider une société frileuse, en perte de repères, inquiète  pour son avenir.
À Talmont-Saint-Hilaire, modestement, à notre échelle, nous avons décidé de réagir. Vous qui lisez ce site, vous savez les efforts, bénévoles, des élus de Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire pour vous informer et vous intéresser aux affaires de notre commune. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre. Auprès de nous, des amis se rassemblent et participent à la réflexion commune et aux propositions que nous n'hésitons pas à formuler.
Chaque jour, nous constatons les insuffisances des méthodes de gouvernance de nos collectivités, qui ne sont pas dues seulement aux personnes en place, mais aussi au désintérêt de leurs concitoyens qui pensent que c'est trop compliqué pour eux ! Voter une fois tous les six ans, sur une impression ou une habitude ne suffit plus pour peser réellement sur notre destin commun.
Chacun d'entre vous doit redevenir acteur de notre vie publique. En lisant nos analyses et nos propositions, en venant aux réunions publiques que nous organisons, vous pouvez agir, en exprimant votre point de vue, et non plus seulement subir.
Nous avons besoin de vous. Les échéances électorales futures, même si elles apparaissent lointaines, se préparent maintenant. Vous y avez votre place si vous le voulez, d'ores et déjà.
Dans quelques années, nous verrons le résultat.  Nous aurons réussi, ou pas, à vous convaincre de Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire avec nous. Mais nous aurons essayé de toutes nos forces !
À très bientôt, donc. Cordialement.


15 janvier 2015

LA RÉPUBLIQUE PLUS FORTE QUE LE TERRORISME. ET MAINTENANT ?

10177876_776117855791074_933745554296830032_nTrois terroristes primaires, conditionnés par des intégristes sots et bornés, ont attenté à nos libertés fondamentales et attaqué la communauté juive française. La réaction spontanée de la société civile, bien accompagnée et amplifiée par les autorités de l'État, pouvoir exécutif, majorité et opposition républicaine réunies, et la mobilisation mondiale inoubliable ont livré le verdict : le terrorisme a, d'ores et déjà, échoué.
Il pourra y avoir d'autres attentats quels que soient les moyens alloués par les pouvoirs publics et malgré l'efficience de nos services de sécurité. Mais la communauté nationale a pris le dessus. En se dressant ainsi, elle a signifié que la peur recherchée par les terroristes ne nous empêchera pas de nous défendre contre l'obscurantisme et les intégrismes simplificateurs.
Ne nous y trompons pas. Tous les citoyens français, quelle que soit leur religion, chrétienne, musulmane, juive, ou autres, et les incroyants ont leur place dans notre société. Il ne faut pas confondre les mille djihadistes égarés dans une aventure terroriste nihiliste et les quatre millions de nos concitoyens musulmans.
Nos élus, Président de la République en tête, la représentation nationale parlementaire, nos élus locaux ont su se comporter comme il fallait. Qu'ils en soient, ici, remerciés. Il importe maintenant de continuer dans cette dynamique vertueuse.
En ce qui nous concerne, conformément aux valeurs qui fondent notre engagement public, avec persévérance et sans démagogie, nous continuerons à prendre part à ce combat pour la liberté de la presse, des opinions de chacun et pour la fraternité entre tous les membres de notre communauté française.
Vous qui lisez ces lignes, vous pouvez y contribuer. Participer à la vie citoyenne, c'est réfléchir, comprendre, accepter l'autre avec ses différences, dès lors qu'il respecte notre contrat républicain.
Écrivez-nous, nous vous répondrons. Venez à nos réunions publiques, elles nourriront la réflexion et le débat public. Informez-vous en consultant régulièrement l’actualité de notre site.
À bientôt donc. Avec nos sentiments républicains et cordiaux les plus sincères.


20 décembre 2014

DES VŒUX POUR UNE BONNE ANNÉE MUNICIPALE 2015

xmas_0007Élus de la liste « Construire l'Avenir de Talmont-Saint-Hilaire », nous avons décidé, depuis le premier jour, de pratiquer une opposition dynamique et constructive au sein de l’assemblée municipale. Dans le respect de nos valeurs, de notre projet, de nos électeurs, nous votons ce qui peut l'être, nous refusons ce qui nous paraît non approprié.
Nos analyses sont justes : l'endettement de la commune laissé par la municipalité précédente est très excessif, et a continué d'augmenter fortement en 2014 du fait des décisions prises l'an dernier. Nous devrons donc faire d'autant plus d'économies dès 2015, pour ne pas alourdir vos impôts locaux, qui seront votés au printemps 2015, et que vous paierez à la fin de l'année.
Notre environnement a été très chahuté cette année (inondation, rupture de la route de Cayola, forte modification de la plage du Veillon). Nous nous inquiétons beaucoup de l'implantation de la porcherie géante de Poiroux,  qui ne pourra qu'aggraver la qualité de l'eau du Gué Chatenay. Nous serons au côté des ostréiculteurs pour protéger la pérennité de leur métier.
Nous n'oublions jamais qu'être élu, c'est être à votre service. Suivez-nous en venant assister aux conseils municipaux, consultez régulièrement notre site internet ! http://construire-avenir-talmont.fr/blog/. Et informez-vous, ne vous contentez pas de voter tous les six ans, si vous voulez peser sur votre propre destin.
Pour 2015, il nous reste beaucoup de défis à relever ensemble. «Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité. Un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté» écrivait Churchill. Pour notre part, nous pensons que le meilleur est possible si la solidarité et l’action collective l’emportent sur l’individualisme.
Bonne et heureuse année à chacune et à chacun d’entre vous, à vos familles et vos proches !

Philippe Chauvin, Claudine Ordonneau, Isabelle Logerot, Daniel Gaudry, Joël Baudry
Conseillers de la liste « Construire l’Avenir de Talmont-Saint-Hilaire »